Salbris - Historique

ACCUEIL DU SITE
 
Dernière modification 03/09/2017
Vous avez rencontré un problème sur le site
(bug, lien cassé...),
Prévenez-nous


Soyez curieux !
Une envie de se promener à Salbris ? Profitez-en pour découvrir son histoire, ses curiosités et ses anecdotes.

       
Sept panneaux vous attendent aux quatre coins du centre-ville : origines de Salbris, histoires de la Sauldre, l’église, la chapelle, mais aussi, entre bien d’autres choses, le patrimoine industriel de la ville avec le CRJS (Centre Régional Jeunesse et Sports).
Pour commencer votre balade, retrouvez le plan du circuit sur la place du Général de Gaulle (place du Marché).

Historique de Salbris
Le nom de Salbris fait allusion à un passage sur la Sauldre (SALERA BRIVA, dans la langue gauloise) plutôt un gué qu'un pont d'ailleurs. Son histoire commence à l'époque celtique. La voie romaine venant de Meung sur Loire passait la rivière dans l´actuelle impasse de la Cure puis suivait la rue du Berry et continuait vers Bourges; au nord de la Sauldre, elle suivait sensiblement la rue des Pittingues puis la route de Saint Viâtre. De nombreuses «tombelles» (monticule servant de tombeau ou de monument commémoratif, Coursangeon, les Chapellières) aux alentours témoignent d´une présence humaine non négligeable.
Depuis le Moyen Âge et jusqu´en 1789, Salbris n´est qu´un modeste village, son nom apparaît en 855 comme appartenant à l´abbaye Saint Sulpice de Bourges. Le bourg était réduit et se limitait aux rues rayonnant autour de l´église, allant à l´Ouest jusqu´à la poste et à l´Est jusqu´au cimetière actuel. Il existait à Salbris une seigneurerie qui dépendait de la Ferté Imbault; le Seigneur de Salbris percevait surtout les revenus du péage de la Sauldre, mais sa maison forte était éloignée (Arteloup, maintenant commune de Theillay) : il s´agissait de la famille d´Etampes qui obtint finalement La Ferté Imbault (dont elle dépendait au 15ème siècle).
On peut voir encore quelques maisons anciennes restaurées rue de Gascogne, rue Anne Grelat, rue du Général Giraud (pharmacie au coin de la RN 20). L´actuel boulevard de la République (RN 20) date probablement du Moyen Âge, et a été restauré en 1751. Comme dans de nombreux villages, le témoin le plus connu est l´église (les parties les plus anciennes remontent au 12ème siècle). La Chapelle (Notre Dame de la Pitié ou des Sept douleurs, située rue de la Chapelle vers la route de Nançay) en est un autre témoin. Elle se trouve en pleine campagne et était un lieu de pélerinage fréquenté.
            

A la Révolution les cahiers de doléances donnent quelques détails intéressants; on peut notamment y lire les demandes de construire une prison (car les gens d’armes logeaient les prisonniers chez eux!!), de même la possibilité de pouvoir construire en bord de route (car la route est assez large pour trois voitures de front!!) ou enfin la demande d’un meilleur tabac!!!

Lors de la Révolution on peut relater un épisode curieux : le curé de l’époque, l’Abbé Bézard, cacha d’abord un royaliste menacé par le sieur Laplanche révolutionnaire, puis le dit sieur Laplanche menacé à son tour.

En l’an 1814 après son exil à Fontainebleau le Pape Pie VII vint à Salbris célébrer le mariage de la nièce de l’Abbé Bézard.

Nicolas Sokoloff, né à Moskane en 1882, juge d’instruction du tribunal d’Omsk (tribunal à qui fut confiée l’enquête sur l’assassinat de la Famille Impériale en Russie) arriva à Salbris en 1921 , y resta jusqu’à sa mort en 1924 , et fut enterré dans le cimetière de Salbris.

Sur le plan économique, Salbris va se développer au XIXème siècle avec la mise en valeur de la voie impériale Paris-Toulouse (l´actuel RN 20) et la création du chemin de fer (1847). La population progresse alors rapidement de 1738 habitants en 1851 pour dépasser 6000 à l´heure actuelle.

Django Reinhardt, véritable génie musical que l’on ne présente plus, se maria à Salbris en juillet 1942.

Aujourd´hui, Salbris est résolumment tournée vers l´industrie; elle possède en outre de nombreuses structures sportives et touristiques.

 

Historique du Château de Rivaulde

Le château de Rivaulde fut construit au début du siècle en remplacement d' un manoir datant du 15ème siècle et financé par la propriétaire Madame Schneider (également propriétaire d'usines au Creusot).

Le domaine de Rivaulde comptait près de 3000 hectares. Ce nouveau château fut construit en briques du pays, fabriquées dans une briqueterie appartenant au domaine de Rivaulde et située à l'emplacement de l'actuel supermarché Super U. (Une voie ferrée reliait directement la briqueterie au château)

En même temps que le château, ont été construits les magnifiques communs avec écuries et grand hall de réception pour calèches.

Après la guerre de 14-18, la propriété fut consacrée avant tout à la forêt et à la chasse où de somptueuses réceptions furent données.

Au cours de la seconde guerre mondiale, le château fut occupé à partir de 1940 et jusqu'en 1944 par des officiers de l'armée allemande.

Après le décès de Madame Schneider en 1942, la propriété se trouva partagée entre les trois héritières et le château devint le lieu de colonies de vacances.

C'est en 1974 que le château dont l'entretien devenait très lourd fut vendu et transformé en appartements de résidences principales et secondaires.

Le très beau hall qui servait à l'origine pour l'accueil des calèches est souvent utilisé pour des réceptions ou expositions.


Ville de Salbris - 33 boulevard de la République - 41300 SALBRIS
Tel : 02 54 94 10 40 - Fax : 02 54 97 16 98 - Courriel : cabinet-du-maire@salbris.fr
Horaires d'ouverture des services municipaux